Quand Arte nous trompe sur le cholestérol

arteCommuniqué” de presse de l’AFIS (Association Française pour l’information Scientifique) : “Quand Arte nous trompe sur le cholestérol” :
Le 18 octobre 2016, Arte, télévision du service public, diffusait un documentaire sans nuance intitulé « Cholestérol, le grand bluff », accréditant de nouveau la thèse de l’absence de lien entre cholestérol et maladie cardiovasculaire. Il aurait été regardé par 1,7 million de téléspectateurs. Rappelons que la controverse sur l’usage des statines en prévention des risques cardiovasculaires a culminé en 2012 et 2013 avec la publication de deux ouvrages à succès : Le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des Professeurs Even et Debré, La vérité sur le cholestérol, du Professeur Even, préfacé par le Professeur Debré. C’est le lien entre cholestérol et maladies cardiovasculaires qui était remis en cause, d’où l’inutilité affirmée du traitement par statines dont le rapport risques/bénéfices serait défavorable [1].

Quand la méditation et les croyances donnent prétexte à des dérives sectaires et thérapeutiques

Samedi 1er octobre 2016, à Marseille, le Gemppi (Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu) a organisé un colloque national sur le thème “Quand la méditation et les croyances donnent prétexte à des dérives sectaires et thérapeutiques”.

Vous pouvez retrouver ci-dessous l’intégralité sonore des interventions de ce colloque. Avec nos remerciements pour l’accueil que nous a réservé le Gemppi et les autorisations d’enregistrement de chacun des orateurs.

Comment se construit une fausse alerte

catherine_hill Catherine Hill, épidémiologiste et biostatisticienne publie sur le site Science et pseudo sciences de l’Afis (association française pour l’information scientifique) un remarquable article qui montre comment se construit une fausse alerte. Pour cela elle analyse un article à sensation de l’Obs de septembre 2016 qui promet en “une” des “révélations sur une crise sanitaire”. A travers cette analyse Catherine Hill démontre que la propagation d’idées fausses peut influencer les politiques publiques dans de mauvaises directions.

A lire ICI.

La médecine basée sur les preuves

Gilles RocheLa médecine pour notre santé : avons-nous besoin de preuves ou de croyances ?

Conférence de Gilles Roche, médecin retraité, (juin 2016).

« Notre société vit un étrange paradoxe en ce qui concerne la prise en charge de sa santé. D’un côté elle demande à la médecine moderne le maximum, avec une efficacité assurée à 100% et un risque zéro, d’un autre côté elle se laisse séduire par des approches non validées et dont la valeur est basée uniquement sur des impressions, des affirmations, voire sur de pures et simples croyances.